LES OBJETS DU THE



Chanoyu (cérémonie du thé)

Certains documents historiques attestent que le thé fut introduit au Japon dès le VIIIe siècle, mais il ne sera importé de Chine avec la philosophie chinoise de la pratique du thé qu’à partir du XIIe siècle.

Vers la fin du XVe siècle, la cérémonie du thé était encore un passe-temps pour une élite ; Murata Juko proposa un autre rituel, fondé davantage sur les sensibilités japonaises nourries de l’esprit du bouddhisme zen, que l’on appellera par la suite wabi cha. Durant l’époque Momoyama, dans la seconde moitié du XVIe siècle, Sen no Rikyu porte à son apogée les principes de la pratique du chanoyu (mot à mot « eau chaude pour le thé »). Cette forme de cérémonie est toujours pratiquée aujourd’hui.

Sen no Rikyu préconise un pavillon de thé rustique recouvert d’un toit d’herbes (soan, qui deviendra chashitsu plus tard) et un jardin d’accès (roji). Au contraire de ses prédécesseurs qui utilisaient une céramique raffinée chinoise et coréenne, il utilise des objets japonais en céramique rustique et sera à l’origine de la création par Chojiro, potier local, des bols à thé (chawan) raku. Parallèlement, il épure cette cérémonie qui exalte la frugalité, la parcimonie. Il la pratique dans un espace restreint mais quasi sacralisé où la réunion se déroule selon les quatre principes : WA (harmonie et gentillesse), KEI (respect et humilité), SEI (pureté), JAKU (tranquillité et sérénité).

Le chanoyu a joué un rôle important dans la vie artistique du peuple japonais. C’est une recherche esthétique qui implique aussi l’ouverture de l’esprit à tout ce qui accompagne la cérémonie du thé : le passage par le jardin du thé, la contemplation de la pièce où celle-ci se déroule, le tokonoma (alcôve) où est disposé un kakemono (peinture verticale sur rouleau en relation avec la saison ou l’événement), ainsi qu’un bouquet ikebana (chabana) ou un bonsaï, les objets et les céramiques utilisés. Tout cet ensemble de choses contribue à créer une ambiance particulière et sereine. Cette pratique de la cérémonie du thé est devenue une voie spirituelle : le sadô ou chadô (la voie du thé).


Boîte destinée à recevoir le précieux thé de la cérémonie japonaise.
Le fouet permet à l’hôte de battre la poudre de Matcha mélangée à l’eau chaude dans le bol de cérémonie, jusqu’à obtenir un liquide épais et mousseux.
Cette cuillère permet de mesurer la quantité de Matcha (3 cuillerées par invité) versée dans le bol de cérémonie.
Ustensiles de la cérémonie japonaise du thé.
A l’aide de la louche, l’hôte puise l’eau chaude qu’il verse sur le Matcha dans le bol de cérémonie.
Louche en Bambou.
                                                                                                    PSDM.SARL© tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour créer un site internet